Roms : sommet des maires européens à Strasbourg

Un « sommet des maires » européens se réunira le 22 septembre à Strasbourg pour permettre aux élus locaux d’examiner « les actions qu’ils peuvent mener » en faveur de l’intégration des Roms, ont annoncé mardi 6 septembre 2011 à Paris les organisateurs.

Quelque 200 personnes, dont une soixantaine d’élus, vont participer à la réunion organisée par le congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe. Marie Hélène NEDELEC et Dominique RAIMBOURG y participeront, en tant que conseillers communautaires chargés du dossier Roms.

Le rendez-vous permettra « d’examiner les actions que les élus territoriaux et les Roms peuvent mener en vue de surmonter les obstacles qui compromettent l’accès des Roms aux droits sociaux au niveau local et de promouvoir la compréhension mutuelle au sein des communautés », selon un projet de programme présenté à la presse.

 Il s’agira aussi de « réfléchir à la manière d’apporter les changements de mentalités nécessaires de la part de toutes les parties concernées pour combattre les préjugés et faire accepter la diversité ». 

« La stigmatisation des Roms pose un problème ; nous avons le devoir de remettre en cause cette stigmatisation et d’intégrer ces populations », a déclaré Keith Whitmore, élu municipal à Manchester. « Un de nos soucis principaux est d’ordre culturel : dès qu’il y a des Roms qui s’installent quelque part, les riverains crient aux ‘voleurs de poules’ », a déploré le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries. Il a annoncé l’inauguration le 10 octobre d’un terrain aménagé près de la gare de Strasbourg pour donner à des Roms « de bonnes conditions de vie ». Il y aura de l’eau, de l’électricité, des moyens de scolarisation et des équipes médico-sociales. Les aménagements ont coûté à la ville 440 000 euros, selon lui. 

En parler entre maires

« Par endroits, il est politiquement suicidaire de mener une politique d’intégration des Roms, et c’est pour cela qu’il faut en parler entre maires », a observé Jeroen Schokkenbroek, représentant spécial du Secrétaire général pour les questions relatives aux Roms dans le Conseil de l’Europe.

Les Roms sont la minorité la plus pauvre d’Europe. Elle compte environ 12 millions de personnes vivant essentiellement à l’est.

Les représentants des 27 gouvernements de l’UE ont approuvé en mai un plan d’action basé sur des stratégies nationales d’intégration des Roms, un an après la polémique provoquée par les expulsions par la France de membres de ces communautés.

Mots-clés :