Diminution des interventions des Auxiliaires de Vie Scolaire (AVSI) dans les écoles auprès des enfants handicapés : inacceptable !

C’est bien, très bien même, de permettre l’entrée à l’école des enfants handicapés, quel que soit leur handicap, mais, une fois dans l’école, leurs difficultés ne disparaissent pas.
Ainsi, depuis quelques années, certains de ces enfants bénéficient d’heures de soutien assurées par un ou une auxiliaire de vie scolaire en individuel (AVSI) dans la classe. Cette assistance personnelle permet, par exemple, de bénéficier d’une prise en notes des cours, si l’enfant ne peut pas écrire lui-même, de revoir les leçons de façon individualisée, etc…
Cette année, déficit budgétaire oblige, l’état, a décidé, sans tenir compte des besoins spécifiques, d’enlever à chacun au moins trois heures de prise en charge hebdomadaire. On ne peut que comprendre le désarroi des enfants, des parents et des enseignants.
Les nouveaux bénéficiaires, quant à eux, n’ont droit qu’à une aide à minima et qui tarde à se mettre en place, vu la complexité des emplois du temps.
Les familles et les enseignants ont manifesté, samedi matin dernier, contre cette politique. Nous continuerons à leur apporter notre soutien. Elles vont d’ailleurs déposer plainte contre l’état pour non respect de la loi sur le handicap.
Monsieur Sarkozy avait promis l’accès à l’école à toutes les personnes handicapées ! Les choix de son gouvernement sont clairs : il y a toujours de l’argent pour Madame BETTANCOURT ou Monsieur TAPIE, mais pas pour les enfants en situation de handicap !

Chantal SAVINA-PERNES

Mots-clés :