Renouveau de la prévention spécialisée ?

Christine Noblet a rappelé, lors du conseil municipal de décembre, le lien indispensable entre les valeurs d’éducation populaire et la prévention spécialisée pour rendre cette dernière, la plus efficace possible.

 Mesdames, messieurs,

La prévention spécialisée est un des maillons de l’Action sociale et à ce titre, elle participe aux politiques publiques conjointement menées par les collectivités concernées.

Une fusion de différentes associations, mal digérée  et des difficultés managériales récurrentes ont conduit à cette réorganisation par le Conseil Général – Nous attendons une réelle efficacité du nouveau dispositif…

Néanmoins, nous restons interrogatifs sur le flou des engagements pris par le Conseil Général concernant les moyens à déployer sur les territoires et sur la place des communes dans le dispositif. Nous sommes perplexes sur le fait que le projet-cadre ne soit pas élaboré.

En effet, nous aimerions qu’apparaissent, dans le futur projet-cadre la co-responsabilité, la complémentarité des acteurs institutionnels, que l’on table sur la mobilisation des adultes, que l’on privilégie des actions développant solidarité et lien social.

Il n’est pas fait référence à l’éducation populaire dans la convention et pourtant s’ils ne font pas appel aux capacités citoyennes des habitants, au potentiel associatif, les éducateurs risquent de passer à côté de leur mission.

Nous pensons que sur le zonage et le risque de stigmatisation, il subsiste un faux débat  : les ghettos existent, les difficultés sont plus concentrées sur les quartiers populaires et  les habitants de ces quartiers attendent une action plus forte de la puissance publique. Nous avons choisi la discrimination positive, dans le « donner plus à ceux qui ont le moins ».

Assumons le fait qu’il soit nécessaire d’implanter des éducateurs spécialisés, dans la durée, sur tel ou tel quartier comme nous avons voté des subventions spécifiques aux écoles en ZEP et non à toutes les écoles !

On reproche souvent à la prévention spécialisée la difficulté à évaluer ses résultats. N’oublions pas que son rôle est d’accompagner, d’inciter, de mettre en mouvement et que les collectivités ou institutions doivent, de leur côté, proposer de la formation, des loisirs ciblés, des conditions de vie et un environnement décents, elles doivent aussi faciliter les initiatives de travail en réseau…

Ce travail de terrain est complémentaire d’un ensemble d’actions et c’est dans la durée qu’un réel travail de fond peut être mené (attention à la tentation d’être 6 mois à un endroit puis 6 mois ailleurs suivant les évènements, ce qui reviendrait aussi à annuler le travail précédent).

Prenons, nous aussi, toute notre place, en investissant plus fortement encore dans l’éducation, le sport et la culture dès l’enfance. Notre nouvelle politique Jeunesse, notre Projet Educatif Local en sont les outils avec des actions déjà mises en place comme la médiation scolaire

Quelle sera la place de la ville dans ce nouveau dispositif ?

Comment sera-t-elle force de propositions ?

Christine NOBLET

Mots-clés : ,