Compte administratif 2011

Intervention sur le compte administratif 2011

 Pierre Tréguier est intervenu lors du conseil municipal du 25 juin 2012 a pointé un taux de réalisation de nos projets insuffisant et un nouvel excédent qui aurait pu répondre, pour partie, à des besoins de fonctionnement…

 

Mesdames, messieurs,

Bertrand Affilé nous a présenté les grandes lignes de notre Compte Administratif 2011.

La présentation du compte administratif est toujours un moment de vérité, même si pour certains, cela consiste à regarder le passé. Le passé est passé, place au présent et à l’avenir, certes, mais l’analyse du passé permet d’apporter des corrections sur les réalisations du futur.

En effet, il s’agit de mettre en parallèle nos prévisions et nos réalisations et de nous interroger, chers collègues sur notre capacité à entreprendre.

Pour la troisième année consécutive, notre ville dégage et nous l’avons vu dans le cadre du diaporama présenté, une épargne de 7 millions d’euros. Grâce à cette épargne, notre ville peut autofinancer ses investissements, pour la troisième année consécutive, sans un seul euro emprunté.

Des recettes fiscales performantes, des investissements décalés dans le temps, un taux de réalisation insuffisant – 67 % – mais les retards pris dans le chantier de l’extension de la mairie en sont pour partie responsable, et entraînent la situation que nous connaissons, un excédent important.

Très bien ! Cela permet de nous désendetter et ainsi de mieux faire face à nos engagements futurs. L’endettement a été réduit à 1,9 année d’épargne brute. Le pic de nos investissements est proche, c’est dire qu’il nous faudra emprunter d’emblée une somme importante avec un engagement lourd dans la durée. Certaines collectivités s’alarment aujourd’hui de ne pas trouver les financements nécessaires soit à court terme pour leur trésorerie, soit à moyen et long terme pour leurs investissements.

Gageons que notre ville, compte tenu de ses très bons ratios d’endettement, et de ses capacités de remboursement, ne devrait pas avoir trop de difficulté à trouver, auprès de ses interlocuteurs habituels, les ressources nécessaires à la réalisation des grands projets, ANRU notamment. La difficulté pourrait provenir de la rareté des sources de financement.

Se désendetter au maximum ne peut être un objectif politique isolé du reste ! Pour le présent et pour l’avenir, nous avons besoin d’investir. La PPI reste notre feuille de route mais nos ressources nouvelles nous laissent de la souplesse:

–        pour mieux répondre aux besoins nouveaux en matière de services municipaux,

–        sur l’amélioration énergétique de nos bâtiments, certains étant de vraies passoires,

–        sur la rénovation de notre patrimoine où parfois nous tardons trop à intervenir… (sur les locaux de certaines écoles ou de centres sociaux notamment).

Tous ces points doivent être pris en compte pour la construction du budget 2013 de la ville !

Ces remarques, qui se veulent constructives, étant faites, notre groupe ESHA EELV, coresponsable des engagements pris, votera bien évidemment le compte administratif 2011.

Pierre TREGUIER