L’eau en régie : ça coule de source !

L’eau en régie : ça coule de source !

Conseil Municipal (octobre 2013) – Marc DENIS appelle à la généralisation de la gestion en régie pour le service public de l’eau sur le territoire de Nantes Métropole.

« Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Le rapport qui vient de nous être présenté présente à nouveau la gestion mixte de l’eau (en régie et en délégation de service public) comme un atout pour la performance et la compétitivité du service.

Pour notre groupe ESHA-EELV, l’eau ne peut être considérée comme un bien de consommation comme un autre. Dans une interview scandaleuse de cynisme et de mépris pour les populations concernées, le PDG de Nestlé, Peter BRABECK affirmait récemment sans sourciller : « l’eau est un aliment comme n’importe quel autre. Et comme n’importe quel produit alimentaire, elle devrait pouvoir être sur le marché. Personnellement je pense que c’est mieux de donner à toute denrée alimentaire une valeur marchande… » Il va de soi que nous sommes résolument opposés à cette vision de la gestion de la ressource en eau.

La régie l’a amplement démontré dans les années passées, c’est bien la maîtrise publique qui permet une maîtrise des prix, tout en étant reconnue pour ses performances. Le constat est le même partout : les prix de l’eau dans les villes en régie publique sont inférieurs de 27 % en moyenne à ceux pratiqués sous gestion privée. La ville de Paris a ainsi stoppé l’augmentation et stabilisé le prix facturé à l’usager depuis qu’elle a municipalisé la distribution de son eau. Elle économise aussi 30 millions d’euros par an tout en maintenant un haut niveau d’investissement et de service.

Il est clair, par ailleurs que le système de facturation actuel favorise le gâchis : plus on consomme, plus le prix du m3 baisse. Dans le cadre d’un service municipal, il est possible d’envisager un tarif progressif de l’eau : les premiers m3, correspondant aux besoins vitaux, sont gratuits. Pour inciter à la sobriété, le tarif augmente par paliers successifs. A partir d’un certain niveau de consommation, une surtaxe est appliquée. Pour plus d’équité, il est également souhaitable d’instaurer un tarif différencié en fonction de l’usage (domestique ou professionnel). De même, supprimer l’abonnement (ou part fixe), qui pénalise les petits consommateurs, paraît indispensable. Enfin, pour les plus précaires, une gestion en régie permet de mieux gérer les situations d’urgence et d’éviter que des habitants se voient couper l’eau.

Pour nous, le passage en régie publique des services de distribution et de production d’eau potable est la solution qui offre le plus de transparence dans la gestion de l’eau et évite sa marchandisation. »

Mots-clés : ,