Expulsions des Roms : ça suffit ! Il faut rechercher des solutions d’intégration à l’échelle de la métropole nantaise

Communiqué de presse du groupe local EELV Ouest Agglo Nantaise

Jeudi dernier, une cinquantaine de caravanes, sous le coup d’une expulsion, ont quitté la commune de st Herblain. Les familles Roms stationnaient depuis plusieurs mois à proximité des entrepôts d’IKEA.

Tant bien que mal, ces familles ont réussi à se déplacer jusqu’à Couëron où elles occupent un terrain vague, sans eau, ni électricité, ni toilettes…

Ce déplacement forcé va, à nouveau fragiliser la scolarité des enfants qui est pourtant un élément clé pour une future intégration.

Dans un contexte pré électoral, à un moment ou une partie de la population réclame de l’ordre et crie au voleur, il peut devenir difficile de défendre certaines valeurs humanistes.

La circulaire du 22 aout 2012 rappelle que si les évacuations d’urgence de camps illicites ne sont pas écartées un « diagnostic de la situation de chacune des familles ou personnes isolées » présentes dans les campements, doit être effectué par les services de l’État ou les collectivités territoriales ou par une association compétente. Un accompagnement de ces personnes doit ensuite être mis en place en respectant le principe de l’obligation scolaire et en veillant à leur prise en charge sanitaire (notamment accès à la vaccination et protection maternelle et infantile). Concernant les solutions d’accueil et d’hébergement, la circulaire encourage, dans un premier temps, le recours à l’hébergement d’urgence, puis, plus durablement, l’aménagement de sites d’accueil provisoires ou d’autres solutions d’hébergement adapté, en partenariat entre l’État et les collectivités territoriales « dans l’objectif de stabiliser transitoirement les personnes concernées pour favoriser leur insertion ».

Virés d’ici, jetés de là, les Roms errent de commune en commune, déplacent leurs caravanes pourries au gré des expulsions. L’hiver arrive, le froid va s’ajouter à la précarité. Laissons les souffler.

Monsieur le Maire de Couëron, à vous comme aux 23 autres maires de Nantes Métropole, EELV demande l’arrêt des expulsions pendant la trêve hivernale.

La ville de Couëron a fait un effort et travaille à l’intégration de trois familles actuellement accueillies près du stade des Ardillets.  Ce travail ne peut pas légitimer l’expulsion des autres.

Le droit est une chose, le souci des plus pauvres en est une autre.

Expulser ces Roms est peut-être légal, c’est aussi profondément inhumain.

Mots-clés : , ,