Conseil Municipal du 16/12/2013 – Intervention sur le village de la Bernardière

Intervention de Marie-Paule Annette

La délibération a pour objet de nouvelles études au sujet du village de la Bernardière et ses alentours. Plutôt que de procéder à un simple « toilettage » de façade du quartier, il s’agit d’opérer une réflexion approfondie sur sa situation et son devenir.

Le village de la Bernardière connaît de lourdes difficultés du fait de son enclavement et de sa situation sociale. Il est urgent de l’intégrer à son environnement urbain et de recréer une dynamique dans le quartier. Il ne faudra pas traiter seulement la question du logement et de l’enclavement, mais aussi redonner une nouvelle vie au quartier, en y développant des activités économiques et commerciales, des lieux de rencontre et de convivialité, pour offrir un cadre de vie agréable.

Rien n’a encore été acté par les exécutifs locaux quant au devenir du village de la Bernardière. Des études ont déjà été menées et vont donc se poursuivre. Il est indispensable de prendre tout le temps nécessaire, mais il est tout aussi indispensable de tenir informer les riveraines et les riverains de l’avancée de ces études et des perspectives futures.

Un projet de rénovation urbaine ne peut fonctionner que si les gens y sont associés, comme l’ont d’ailleurs montré les exemples des ORU de Bellevue et du Sillon. Que ce soit à la Bernardière ou ailleurs, il ne faut pas faire sans les populations concernées, mais bien construire les politiques urbaines avec elles. C’est d’ailleurs ce que préconise le rapport Bacqué-Mechmache sur la réforme de la politique de la ville.

Cela est particulièrement vrai pour le réaménagement du village de la Bernardière, qui nécessitera un accompagnement renforcé de ses habitantes et habitants, dont nombre sont confrontés à de grandes difficultés économiques et sociales.

Nous souhaitons une vrai réussite pour ce projet porté par les trois collectivités : les villes de Saint-Herblain et Nantes et la Communauté urbaine. L’enjeu est essentiel, pour que ce territoire fasse corps avec le reste du Grand Bellevue.