CM du 13/10/2014 – Intervention sur la valorisation des déchets

Intervention de Marc Denis à l’occasion du point 4 : COMMUNICATION DES RAPPORTS ANNUELS 2013 SUR LA QUALITÉ ET LE PRIX DES SERVICES PUBLICS DE L’EAU, DE L’ASSAINISSEMENT ET DES DÉCHETS.

La gestion des déchets a un coût autant pour la collectivité, en tant qu’institution, que pour le particulier. Inversement, elle peut-être génératrice de ressources et de richesses. Deux leviers peuvent être activés : la réduction à la source et la valorisation des déchets.

Réduction à la source : Les déchets les moins chers à traiter sont ceux qu’on ne produit pas. Partant de ce constant la Communauté urbaine ainsi que de nombreuses associations encouragent le compostage individuel, pratique en constante progression sur notre commune. Nous devrons œuvrer, au sein de la Métropole et avec nos partenaires associatifs, pour que cette pratique progresse encore.

D’autres pistes sont envisageables.

  • Nous pouvons agir au niveau Métropolitain pour élaborer une Charte anti-gaspillage avec la grande distribution, les commerçants et les restaurateurs dans le but de réduire le suremballage, de réduire les déchets à la source et de soutenir la collecte des invendus alimentaires encore consommables pour les associations et épiceries solidaires.
  • Poursuivre l’expérimentation sur les dispositifs de collecte et de broyage collectifs des déchets verts.

La valorisation économique : Si les déchets peuvent être perçus comme des nuisances à réduire, il convient aussi de le regarder comme des ressources à exploiter. Une autre valorisation est possible ! Nantes Métropole et Saint-Herblain doivent avancer ensemble pour qu’une ressourcerie puisse être installée à côté de la déchetterie de Tougas, comme c’est le cas pour huit autres déchetteries de l’agglomération. Cela permettra d’optimiser la réutilisation des encombrants et autres déchets électroniques tout en créant des emplois locaux. Quant à l’incinération, elle risque de devenir obsolète, voir coûteuse. Et ce, pour plusieurs raisons :

  • L’augmentation prévisible des coûts de l’énergie et la raréfaction des matières premières va nous inciter de plus en plus à recherche leur réutilisation.
  • L’obligation de réduire nos émissions de gaz à effet de serre nous oblige à revoir nos modes de retraitement actuellement fortement émetteur.
  • Avec la montée en puissance du tri, il devient nécessaire d’entretenir la combustion des incinérateurs par un apport d’hydrocarbure.

La réduction des déchets ne doit pas seulement être résumée à sa dimension environnementale, mais doit être aussi mis dans une perspective économique et sociale. Si la finalité est bien de limiter le volume des déchets, de réduire le recours de l’incinération et d’éviter le gaspillage, l’objectif est également d’explorer de nouveaux gisements de ressources, de réduire le coût de retraitement des déchets pour le contribuable. 

Mots-clés : , , ,