CM du 13/10/2014 : Intervention relative à la Charte écoquartier

Intervention de Ghislaine Carrez à l’occasion de la délibération 27 : BAGATELLE – CANDIDATURE DE LA VILLE AU LABEL ÉCOQUARTIER ET SIGNATURE DE LA CHARTE DES ÉCOQUARTIERS.

Il y a maintenant près d’un an, lors de la Conférence de Poznań, la France s’est portée volontaire pour accueillir sur son sol, la Conférence climat en décembre 2015. Pour garantir le succès de l’évènement, notre pays mise notamment sur son exemplarité environnementale.

Pour ce faire, l’État attend beaucoup des collectivités : soit par l’obligation législative, soit du volontarisme des plus engagées. En tant que commune, nous sommes donc une des clefs de la réussite de la Conférence de Paris, évènement dont on sait l’importance pour notre avenir et celui des générations futures.

Aujourd’hui notre Conseil s’apprête à signer la Charte des écoquartiers et proposer la candidature de notre Ville au label écoquartier, pour le projet Bagatelle.

Selon notre groupe cette signature est un engagement fort et marque une étape décisive dans notre volonté d’un changement de conscience et non pas un acte dont la seule valeur serait symbolique. Cet engagement doit d’inscrire dans la lignée de l’Approche environnementale de l’urbanisme menée autour du Projet de la Pelousière. La mise en œuvre de la Charte, aussi ambitieuse qu’exigeante, nous obligera notamment à :

  • Optimiser la consommation des ressources et promouvoir un approvisionnement en circuits courts,
  • Favoriser la transition numérique,
  • Produire un urbanisme capable de s’adapter au changement climatique, sobre énergétiquement,
  • Préserver la ressource en eau et valoriser le recyclage à l’échelle de la Ville,
  • Préserver la biodiversité, les sols, et milieux naturels
  • Une démarche d’accompagnement et d’association des habitants et habitantes,
  • Mettre en œuvre une démarche d’évaluation et d’amélioration continue,

Vous l’aurez compris, une telle labellisation n’est pas une façade verte à une politique publique, mais doit bien être un moteur pour un infléchissement de l’ensemble des actions municipales à long terme, en faveur du développement soutenable. Ainsi notre action, additionnée à celles de nos homologues, permettra de construire les villes durables de demain, et peut-être de garantir le succès de la Conférence de Paris.