CM du 15/12/2014 – Intervention sur le plan de protection de l’atmosphère

Intervention de Ghislaine CARREZ à l’occasion de la délibération 47 PLAN DE PROTECTION DE L’ATMOSPHÈRE.

La révision du Plan de protection de l’atmosphère se tient un an, presque jour pour jour, avant la Conférence internationale de Paris sur le climat. Véritable urgence sanitaire, la pollution atmosphérique est responsable, chaque année, de 42 000 décès prématurés en France, soit, rapporté à l’échelle de notre Département, 800 décès par an.

Pendant la campagne électorale, la majorité métropolitaine s’est engagée à réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre de la Métropole, d’ici 2020. Nos groupes ESHA-EELV et UDB regrettent que les objectifs de réduction de ce nouveau Plan de protection de l’atmosphère soit en deçà de cet objectif de 30% ; à l’heure où toutes les actions locales doivent tendre vers le succès de la Conférence de Paris. Des solutions existent pourtant, comme la gratuité des transports en commun en amont d’un pic de pollution, et ce indépendamment de mesures de fond qui justifient encore plus la transition énergétique.

Malgré des avancées quantitatives indéniables, avec un relèvement des objectifs de réduction, ce Plan de protection de l’atmosphère demeure non contraignant.

Nous tenons également à rappeler que le Plan de protection de l’atmosphère n’est pas le seul document touchant à la qualité de notre air. On peut citer le Schéma régional climat – air – énergie auquel le Plan de protection de l’atmosphère doit être compatible, ainsi que le futur Plan climat de Nantes Métropole.

Voter cette révision du Plan de protection de l’atmosphère, est un premier pas, mais qui doit être suivi d’effets dans la déclinaison communale du Plan climat métropolitain. En promouvant la transition énergétique, la production d’énergie renouvelable, la diminution des rejets de gaz à effet de serre et de particules fines, les déplacements doux, en luttant contre la précarité énergétique, l’application communale du Plan climat métropolitain peut constituer une véritable bouffée d’oxygène pour notre environnement, notre santé, nos finances et le pouvoir d’achat de herblinois-e-s. A condition d’être ambitieux et d’articuler pertinemment les questions énergétiques, climatiques, de qualité de l’air, de biodiversité, de gestion des déchets et de l’eau, avec les problématiques sociales, de démocratie participative et de solidarité internationale. Également, il y a nécessité pour Saint-Herblain, dans ses compétences, de créer des indicateurs pour quantifier réellement l’efficacité des mesures prises en faveur des actions concrètes.

C’est avec ces souhaits que notre groupe vote favorablement cette révision.

Mots-clés : ,