Transition énergétique, COP 21 : une ambition à maintenir

Le 5 mars dernier, le Comité 21 organisait au Conseil régional une conférence  intitulée : « Ensemble, relevons le défi du Climat ». Jean JOUZEL, climatologue et vice-président du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) était présent. L’occasion pour lui de revenir sur les conséquences du changement climatique, et la nécessité d’une transition énergétique ambitieuse. 

              Le changement climatique a et aura d’importantes conséquences sur nos modes de vie. S’il sera possible pour nos sociétés de vivre avec une température moyenne globale supérieure de 2 °C, il convient cependant de financer l’adaptation de nos sociétés à ce nouveau climat, tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre. C’est un des objets du projet de loi relatif à la transition énergétique.

Membre du comité de pilotage du projet loi relative à la transition énergétique, Jean JOUZEL a exprimé de nombreuses réserves en la matière. Tout en saluant l’intégration de l’économie circulaire dans le projet, il a pointé du doigt la disparition de l’incitation aux économies d’énergie, le risque de renforcement des contraintes à l’installation d’éolienne, et la disparition, puis la réintégration du facteur 4.

Jean JOUZEL prône une véritable révolution technologique et fiscale. Favorable à l’écotaxe, il souhaite l’instauration d’une fiscalité écologique permettant de fixer un prix au carbone et le financement de la transition énergétique. Il estime également que nous pourrions atteindre 50% d’énergie renouvelable d’ici à 2025, permettant ainsi de réduire nos importations d’énergies fossiles et de diminuer notre déficit commercial extérieur.

Enfin, il espère que la Conférence de Paris sur le climat (COP 21) aboutisse à un accord contraignant sur le long terme, intégré dans les ordres juridiques nationaux, permettant une évaluation quinquennale des avancées, et interdisant toute révision à la baisse des objectifs fixés.

___________________

               A l’heure où la France accueille la COP 21, notre pays se doit d’être exemplaire. La société civile, et notamment la jeunesse, se mobilise à travers des initiatives telles que CliMates (www.studentclimates.org), les ambassadeurs de la COP21, des éco-référents dans les lycées, etc.

Pour nos emplois, pour notre environnement et notre climat, pour notre santé, et pour les générations futures, la transition énergétique doit être audacieuse. Or, en filigrane, Jean JOUZEL nous dit ses craintes quant au manque d’ambitions du futur projet de loi. Sans attendre que l’État prenne en main la transition énergétique, et malgré un contexte économique difficile, de nombreuses actions sont possibles. Il revient à chaque élu local d’en avoir conscience, autant pour son territoire que pour notre planète.

Christine NOBLET

http://esha-les-verts.fr/wp-content/uploads/2014/10/Tulips.jpg