Visite de la station d’épuration de Tougas à Saint-Herblain

 

http://esha-les-verts.fr/wp-content/uploads/2015/10/Tougas4.jpgDans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, Christine Noblet, adjointe déléguée aux bâtiments municipaux, à la mise en œuvre de la transition énergétique et au suivi de l’Agenda 21, et Sandrine Buchou, conseillère municipale à la petite enfance et à la formation artistique, ont profité d’une visite guidée de la station de traitement des eaux usées de Tougas à Saint-Herblain*.

Marielle Pouliquen, responsable d’exploitation, anime la visite et rappelle que particuliers et entreprises génèrent des eaux usées. Sur ce site de 20 hectares au sud de Saint-Herblain, la station Tougas traite les eaux d’une grande partie de l’agglomération nantaise (100.000 m3 /jour d’effluents en provenance d’environ 600.000 habitants). Ici, pour la plupart, ce sont les eaux usées dites grises qui sont traitées avec quelques exceptions comme pour le centre historique de Nantes qui est en réseau unitaire (eaux grises et pluviales).

Cette visite est l‘occasion de comprendre le circuit de l’eau dans la station. Le cycle de dépollution se réalise sans ajouts de produits chimiques, de manière naturelle.

A l’entrée, l’eau « polluée » est pré-traitée pour enlever les éléments grossiers de pollution. Ensuite, les tours de lavage permettent le traitement des odeurs. Puis, les eaux usées passent dans des bassins biologiques où la pollution carbonée et azotée est éliminée. Et tout ce trajet en une vingtaine d’heures !

Enfin, les boues générées sont asséchées et chaulées pour être compactées, puis données aux agriculteurs avec obligation d’enfouissement dans les 24 heures.

A Tougas, l’eau produit ne dégrade pas le milieu naturel. La station participe à la protection de l’environnement en dépolluant les eaux usées avant de les rejeter dans la Loire. Des analyses sont effectuées plusieurs fois par jour.

Nous participons tous en amont à ce traitement efficace de dépollution. Chacun peut éviter de jeter : canettes, papiers et mégots dans le caniveau et cotons tiges, lingettes et produits toxiques dans les toilettes ou l’évier. Les professionnels aussi ont leur rôle à jouer en filtrant dès leur émission les produits tels que teintures de coiffeurs ou déchets graisseux des restaurants.

Pour préserver la qualité de l’eau, ne polluons pas en amont.

*Visite organisée par Ecopôle, réseau de l’environnement de l’agglomération nantaise.