Zéro déchet : passer de l’objectif à la réalité !

Conseil municipal du 12 octobre 2015

Intervention de Marc DENIS à la suite de la délibération : Communication des rapports annuels 2014 de Nantes Métropole sur la qualité et le prix des services publics de l’eau, de l’assainissement et des déchets.

 

J’interviens au nom des élu-es ESHA – EELV et UDB

Zéro déchet : passer de l’objectif à la réalité !

Nantes Métropole s’est engagée à être territoire zéro-déchet et zéro-gaspillage mais les progrès sont lents et laborieux ! Alors que San Francisco, qui s’est engagé, dès 2002, à atteindre cet objectif de zéro-déchets en 2020, recycle ou valorise actuellement (hors incinération) près de 80% de ces déchets ; alors que, plus près de chez nous, Bordeaux Métropole trie et recycle plus de la moitié de ses déchets. Nous, à Nantes métropole, nous atteignons difficilement le tiers des déchets recyclés !

Pourtant, tout pourcentage supplémentaire recyclé participera à la lutte contre le réchauffement planétaire. C’est maintenant qu’il faut agir !

En tant que collectivité, nous avons deux obligations incontournables : l’exemplarité et le respect de nos engagements :

  • Nous avons décidé d’être exemplaire avec un plan ambition de rénovation énergétique de nos bâtiments communaux, soyons aussi exemplaire dans la gestion des déchets !
  • Nous nous sommes engagés – je cite notre programme municipal – « à encourager l’économie circulaire qui préserve les ressources, limite les dépenses énergétiques et réutilise les déchets ».

Certes, il faut changer des habitudes très ancrées, il faut trouver des solutions adaptées suivant les types d’habitats (collectif, individuel, rural…), il faut gérer le suremballage imposé, l’absence de consigne des bouteilles…

Voici quelques propositions, qui concernent et la ville et la métropole, qui feront bouger les lignes :

  • la gestion des déchets verts: l’expérience tentée l’an dernier, de broyage collectif dans les quartiers n’a pas été un franc succès. Tirons-en des enseignements, améliorons la communication, modifions les lieux, la fréquence, appuyons-nous sur les associations de quartier. Là encore, il faut créer de nouvelles habitudes…
  • le développement du compostage collectif dans les zones d’habitat dense: l’initiative « d’environnement solidaire » est à souligner – incitons l’ensemble des bailleurs sociaux et des copropriétés à organiser le compostage collectif.
  • l’éducation et la pratique du tri dans les structures de la petite enfance et les écoles : ce doit être une priorité ! donnons les moyens aux professionnels (enseignants et personnel municipal) pour le mettre en pratique quotidiennement (bacs spécifiques dans chaque classe, containers identifiés dans chaque lieu, compostage généralisé pour tous les selfs…)
  • l’introduction d’un critère zéro-déchet dans les marchés publics : nous proposons d’ajouter un critère, dans les appels d’offre, plus contraignant sur l’origine des produits (la part de matériau issu du recyclage), leurs durées de vie (cf loi de transition sur la lutte contre l’obsolescence programmée) et leurs recyclages (la part du produit recyclable et vers quelles filières)