Conventions tripartites relatives à l’animation de la vie sociale par les centres socioculturels

Ville de Saint-Herblain – Conseil municipal du 12 décembre 2016.
Conventions tripartites relatives à l’animation de la vie sociale par les centres socio-culturels.
Intervention de Christine Noblet pour les élu-e-s EELV, ESHA et UDB.

Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Les conventions tripartites entre la Ville, la CAF et les ASEC redéfinissent les rôles de chacun dans la mise en œuvre du projet social du centre Socio-Culturel.

Elles sont le produit d’un travail collaboratif qui a fini par être organisé après des mois d’impatience, de relance, de défiance de la part des partenaires associatifs. Cette démarche nous convient et gageons qu’elle marquera de son sceau la politique socio-culturelle.

A la Ville, il revient d’allouer les moyens matériels et humains de cette mise en œuvre. Ayons à cœur que cette allocation soit calibrée en fonction des grands objectifs qu’a dessinés la prospective socio-culturelle -principes qui n’ont jamais été remis en cause-, à savoir promouvoir l’implication des habitants dans la vie pratique et organique des centres sociaux et augmenter le rayonnement des centres auprès des personnes les plus éloignées de la vie sociale et culturelle. Ces moyens, notamment, doivent garantir que les CSC devenus pour certains multi-sites du fait de la suppression d’un autre CSC sur le grand quartier, que ces centres multi-sites puissent effectivement être un repère au-delà de leur périmètre historique, sur l’ensemble des micro-quartiers sans exception.
Ces moyens doivent aussi permettre que la comptabilité, l’accueil, soit dimensionnés en fonction des besoins pour permettre une vie associative de qualité. Cette qualité, d’ailleurs, influera directement sur la perception positive qu’ont les habitants de l’action de la Ville.

La Ville aura aussi à convoquer le groupe de suivi. Que nous ne négligions pas ce rôle. Pour mémoire, le comité de pilotage du projet socio-culturel 2012/2016 ne s’est quasi pas réuni. Qu’il n’en soit pas de même cette fois-ci. Qu’au contraire, une évaluation progressive, régulière, permette de continuelles améliorations pour le bénéfice de toutes les parties en présence, et surtout des habitants. Que la grille d’évaluation, encore provisoire et jointe en annexe, soit rapidement une résultante de travaux tripartites pour que le groupe de suivi se dote d’outils objectifs partagés.

En conclusion, n’ayons pas peur de regarder sereinement, à intervalle régulier, ce que produisent la convention cadre et les conventions tripartites.
Ces conventions tripartites ont toutes été votées dans les conseils d’administration des ASEC. Mais les abstentions nombreuses nous alertent.
Nous devrons vérifier si le passage de 6 centres à 4 et la perte de subvention corollaire, si la centralisation de la subvention CAF, si la nouvelle gouvernance permettent une amélioration du service rendu aux habitants.
L’efficience des moyens publics et la qualité de la déclinaison des politiques publiques pour lesquelles nous avons été élus doivent être nos seuls caps.

Je vous remercie de votre attention.

Mots-clés :