Fonds de Solidarité Logement

Intervention de Marie-Hélène Nédélec lors du conseil municipal du 23 juin 2017.

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

La 22e édition du rapport annuel sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre dessine le portrait d’une France fracturée par la crise du logement. 4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou sans logement personnel.

Outre ces situations les plus graves, 12,1 millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement. Effort financier excessif, précarité énergétique, risque d’expulsion locative, copropriétés en difficulté, surpeuplement… au total, sans les doubles comptes, près de 15 millions de personnes sont touchées, à un titre ou à un autre, par la crise du logement.

À bien des égards, pour les plus pauvres économiquement, les classes populaires et moyennes, la situation tend à s’aggraver, en particulier depuis la hausse des prix de l’immobilier des années 2000 et le déclenchement de la crise économique en 2008.

Dans le cadre de la loi NOTRE, la gestion du dispositif Fonds de Solidarité Logement a été transférée par le Conseil Départemental à Nantes Métropole au 1er Janvier 2017.

Ce dispositif vise d’une part à aider les personnes en difficulté d’accès ou de maintien dans leur logement, et d’autre part comporte un volet financier pour des associations qui développent des actions d’accompagnement au logement envers des ménages en difficulté orientés par des acteurs sociaux. Ces associations développent des actions individuelles ou collectives au profit des ménages en location autonome ou en sous-location. Ce travail mené est essentiel et indispensable comme les actions initiées par des associations dans l’Eco-Appart de Bellevue.

Le montant versé par St-Herblain est une partie de l’aide qui est accordée à des habitants de la commune.

Rappelons les chiffres énoncés par Farida Rebouh ; les aides versées aux herblinois se montent  à environ 175 000€ et se répartissent ainsi :

  • 95 000 euros dédiés  à l’accès au logement (soit plus de la moitié, 55%),
  • plus de 50 000 euros pour le maintien dans le logement (soit 28%)
  • et 29500 euros pour des impayés en eau et en énergie (soit 17%).

Le droit au logement est un droit fondamental auquel nos collectivités doivent répondre.

Le dispositif FSL est un des outils d’accompagnement mais la mobilisation est indispensable pour répondre aux besoins divers et variés afin de permettre des conditions de vie dignes.

Merci pour votre attention.