Les déchets à Saint-Herblain et Nantes Métropole

Intervention de Christine Noblet sur le rapport 2016 « Déchets » de Nantes Métropole

Mesdames, Messieurs,

A la lecture du rapport « Déchets » pour l’année 2016, on ne sait pas si on doit se réjouir ou s’impatienter.

Certes, la déchèterie de Tougas a permis de collecter 8 % de plus de déchets triés qu’en 2015 (alors que globalement, les apports en déchèterie diminuent), il y a des nouveaux sites de compostage collectif et des composteurs individuels, le réemploi progresse.

Mais il est dit aussi que 137 000 tonnes d’ordures ménagères en 2016 ont été incinérées et pourtant, on estime qu’il y a 25 % de bio déchets dedans qui pourraient être triés en amont.

25 %  autres auraient pu aller en collecte sélective, notamment les emballages recyclables.

On pourrait donc encore réduire de 2/3 les 137 000 T de notre territoire.

Etant donné le pourcentage d’erreurs de tri d’environ 20 %,il serait sans doute judicieux de réserver une rubrique sur le tri dans le magazine de la ville et celui de Nantes Métropole ! Donner des informations sur les ressources que constituent nos déchets pour nous mettre toutes et tous dans la dynamique de l’économie circulaire.

Il serait aussi surement très intéressant de rendre visible la part des déchets issue de l’activité économique pour que chaque partie prenante s’implique de plus en plus. Dire que les déchets collectés représentent 484 kg par habitant-e et par an, c’est très arithmétique. En fait ce chiffre intègre la production des artisans et entreprises…

Si nous voulons motiver durablement les habitant-e-s sur le tri des déchets, nous proposons que non seulement on dissocie les déchets ménagers des déchets en provenance des entreprises, mais qu’on indique aussi les progressions sur quelques années pour mieux mesurer les évolutions.

Certains collectifs de la commune ne bénéficient pas encore du tri à l’aide des sacs jaunes. Peut-on savoir ce qui est prévu pour l’an prochain?

Fabriquer de la chaleur pour le réseau urbain Centre Loire ou de l’électricité et de la vapeur vendue à Arcelor Mittal, c’est bien. Mais éviter les suremballages, préférer le verre qui ne génère pas de coût de traitement parce qu’il est revendu directement aux recycleurs et composter c’est sûrement mieux pour toutes et tous.