Rapport Nantes Métropole 2018

Conseil municipal du 16 décembre 2019

Intervention de Laurent Noblet sur le rapport de Nantes Métropole 2018

Le document présenté est très dense, il mériterait à lui seul de lui consacrer l’ensemble du temps en conseil municipal.

Un regret, le décalage temps entre un rapport prenant fin en 2018, et un temps d’échange à l’aube de 2020….ce qui implique quelques réactions qui valent pour 2018 et 2019 !

Soulignons que 2018 a vu le lancement du grand débat sur la longévité dont la prise en compte devra être effective à partir de 2020 comme étant un sujet majeur pour l’avenir de nos territoires.

Nantes Métropole, c’est nombre de documents structurants qui s’appliquent à notre commune : PLUM, PLH, PADD, la feuille de route économie circulaire, maintenant le Plan Alimentaire territorial..

Ces documents doivent trouver leur réalisation complète à travers les territoires des différentes communes et dans ce cadre nous soumettons quelques sujets qui attirent notre attention :

– la problématiques des bureaux = de nombreux sont en construction et de nombreux en ventes ou en location (ex Ampère zone du Moulin Neuf, l’immeuble du Sillon, le long de Marcel Paul…) ?! Les habitants ne comprennent pas, le font savoir. Combien avions nous de bureaux vacants fin 2018 ? Que fait NM pour diminuer le nb de locaux vacants durablement ?

– le rapport souligne les travaux gare de Nantes. L’agrandissement et de meilleures conditions d’accueils sont nécessaires. Mais une gare est avant tout faite pour accueillir des trains et surtout des voyageurs…nous constatons depuis longtemps que pas assez de trains s’arrêtent à St-Herblain…dommage, car avec plus d’arrêts, le nombre de voitures individuelles pour venir sur Nantes pourrait baisser, et participer à diminuer les bouchons

– dans le même sens, page 60, il est indiqué que pour le CHU ; il faut travailler la question de l’accessibilité, en TC, mais aussi pour les voitures. Ce n’est vraiment pas la bonne solution qui a été trouvée que de mettre au centre d’une agglo un outil à vocation du bassin de vie, voir régional, aspirateur à voitures !

– la situation des roms = page 95 il est indiqué que la question du logement est centrale. 5 terrains d’insertion temporaire sont créés, soit pour loger 250 personnes…

Un travail intercommunal associant les 24 communes, le département, l’état et la Métropole est enclenché … il faut passer à la vitesse supérieure, il y a nécessité que plus de communes proposent des logements ou terrains d’insertion.

– le réseau de chaleur = un beau projet qui malheureusement par sa conduite des travaux ne respecte pas les usagers. Le concessionnaire fait la pluie et le beau temps sur le choix de certaines infrastructures comme au Pont Truin et sur l’occupation de l’espace public en prévenant au dernier moment des routes coupées. Des quartiers entiers sont paralysés sans la moindre information en amont.

– les Transports en Communs sont plutôt bien répartis sur la commune. Par contre un point de vigilance concerne la ligne 50, qui monte en fréquentation. Elle permet de la Loire à partir d’Indre de raccorder les lignes de tram 1, puis la 3 et aussi la 2, au service de salariés, de scolaires. Son cadencement est trop lâche et a pour conséquence de détourner des automobilistes de son usage. Merci au département déplacements de NM et à la Tan d’étudier son passage en ligne Chronobus. A l’instar de la ligne 20. Ce serait la traduction de lignes de rocade structurantes qui permettraient de mailler le réseau pas seulement en étoile.

– les déplacements doux = 19,8 kms aménagés en 2018, ce qui porte l’ensemble sur l’agglo à 570 kms.

C’est bien, mais le pb des discontinuités persiste et a du mal à être traité (ex carrefour Marcel Paul /RN444). Le franchissement des grands axes rebute de nombreuses personnes. Trouver la ou les solutions est primordial pour atteindre les objectifs ambitieux du PDU (Plan Déplacement Urbain) 2 chantiers de voies cyclables ont été réalisés entre le quai de la Fosse à Nantes et St herblain.

Très bien , sauf que pour les 2, ils se sont arrêtés juste à la limite herblinoise ! Pas de chance, cela pouvait entre autre permettre de traiter le manque d’éclairage sur le bd De Gaule.

Le rapport évoque très peu les déplacements piétons…alors que chaque usager de l’espace public rencontre quotidiennement la difficulté d’accéder aux trottoirs, à cause des voitures ! Cette situation de la voiture sur trottoir n’est pas prise dans sa globalité par NM.

– La circulation est un autre sujet qui revient fort aux oreilles des élus ! La réalité journalière sur Marcel Paul, De Gaule, Parnasse…etc… est affligeante. Le constat, tout le monde le fait ; la capacité à modifier sensiblement celle-ci est visible en coeur d’agglo, mais pas à proximité du périphérique. Il nous reste à inventer d’autres modes de fonctionnement en jouant sur plusieurs leviers (implantation de l’économique, aide au co-voiturage, renforcement des mobilités collectives, horaires de travail, etc.)

– au sujet de la dotation de solidarité communautaire, nous demandons une amélioration du système de bonus/malus des communes qui s’engagent d’une manière volontaire dans les actions sociales liées à la jeunesse, aux migrants, aux populations fragiles etc… et pas seulement liées au logement social.

– concernant la gouvernance de NM, la marge de progression est certaine… ! Beaucoup d’engagements pris ne sont pas tenues, ce qui agace les habitants, éloigne ceux-ci de l’envie de participer à des concertations (ex : depuis plus de 10 ans des études sont faites pour améliorer la liaison Chabossière/bourg de St Herblain sans réalisation ; une concertation était promise pour 2019 sur l’axe voie verte Cheverny Grands Bois, au mieux se sera pour fin 2020 ; l’expérimentation de la coupure lumineuse au cœur de nuit devait commencer début novembre, le retard est déjà de 2 mois, etc….). Les budgets sont là, les ressources humaines et moyens humains sont à questionner. Les élus, comme les citoyens ressentent une distance entre le pôle et eux-mêmes.

Nous regrettons que les prochaines élections ne soient pas directes pour constituer le conseil métropolitain. Les habitants gagneraient à se prononcer sur des programmes à l’échelle de Nantes Métropole.

– enfin sauf erreur, au long des près de 300 pages…rien est dit sur la publicité lumineuse, ni sur « les panneaux à vendre ou à louer » qui polluent l’environnement à l’heure d’internet ! Nantes métropole à moyen d’intervenir par le biais de son règlement de publicité, à l’instar d’autres collectivités qui l’ont fait.

Pour terminer sur une note positive, la communauté urbaine va bientôt souffler ses 20 bougies. De par ses compétences, elle est le niveau de réponse pertinent sur de nombreuses politiques publiques qui ne s’arrêtent pas aux limites des communes. Les habitants se reconnaissent avant tout de leur quartier et vivent au niveau de l’agglo. La solidarité n’est pas un vain mot. Un vœu : que l’ensemble des élus mettent leurs énergies au nom de l’intérêt général et permettent à chacun de trouver sa place en matière de logement, de travail, de transport et de loisirs.

Merci d’avance d’apporter des réponses précises aux différents points abordés.

Je vous remercie de votre attention.