Conseil Municipal du 07/05/2020

Intervention de Jean-François Tallio sur la situation de crise

Monsieur le Maire, chers collègues, 
Nous avons bien conscience d’être dans un moment inédit, traumatisant, impactant plus que jamais les citoyen-e-s de milieu modeste.
Je verrai bien en préambule de notre intervention générale, s’appuyer sur cette expression  

« Cette crise sanitaire, qui trouve ses racines dans des perturbations d’écosystème, n’est que l’avatar d’une crise beaucoup plus profonde, qui met en relief nos failles, nos excès, nos vulnérabilités. Le Covid-19 met à nu les affres de la mondialisation et les limites d’un modèle. Tout est lié : crise économique, écologique, sociale. Il est temps de s’attaquer aux racines du mal, de tirer des enseignements de nos erreurs, de faire l’inventaire, de ce qu’il y a de vertueux et de toxique. »

extrait de l’interview de Nicolas Hulot , ce matin dans le Monde.

Cette pandémie accentue les précarités, entraîne des fractures économiques chez ceux qui jusque là vivaient sur le fil. Les conséquences sont nombreuses: tensions dans les appartements confinés, insolvabilités, isolement plus insupportable encore, recours à l’aide alimentaire pour un certain nombre. Certes, la commune a apporté sa contribution, mais d’ores et déjà les effets sont dévastateurs. Pour le seul mois de mars (dernier chiffre connu), le nombre des demandeurs d’emploi a augmenté de 250 000 en France. A la fin du confinement les chiffres pourraient être vertigineux. Dans cette période plus que jamais nous subissons les conséquences des mauvais choix d’hier. Je pense à la santé, où les économies humaines et matérielles se sont révélées désastreuses quand un virus se glissait dans notre quotidien déjà détérioré. Nous avons douté, puis avons nourri des colères en suivant médusés la gestion hasardeuse du gouvernement. Masques introuvables, tour à tour inutiles, perdus, puis volés, puis obligatoires. Tout cela n’est ni sérieux ni rassurant de la part de nos dirigeants. Tirons en des enseignements dès maintenant. Les personnels de santé, les représentants des personnels ont une réelle expertise d’usage. Leur avis DOIT être pris en compte. Un service de santé publique digne de ce nom doit inclure la prévention, l’accessibilité, des services d’urgence de qualité.  Ce service doit être repensé, avec les citoyens usagers. Nos libertés individuelles et collectives ont elles aussi été mises à mal. Sous couvert d’un contexte, on a empêché les manifestations et les expressions. On a verbalisé des habitant-e-s qui apposaient des banderoles sur leur maison. Et pourtant, que d’initiatives, de solidarités, de bénévoles engagés sans compter. Ces actions ont souligné le formidable pouvoir d’agir de toutes et tous. Mais ces heures passées ont aussi une valeur. Les responsables économiques doivent entendre que le bénévolat ne peut devenir la règle lorsqu’en plus on est privé de revenu.
Nous devons permettre, au plus vite, le développement d’une citoyenneté active. La parole des habitants et des habitantes, c’est du carburant pour la démocratie. Sous pression du monde économique en mal de retour de croissance, le déconfinement est prévu dès le 11 mai prochain alors que nous n’avons aucune garantie sur la maîtrise de l’épidémie !
Avec un gouvernement prescripteur laissant aux collectivités le soin de la mise en œuvre. C’est ce qu’on appelle un gouvernement libéral, d’abord guidé par les injonctions du monde de la finance et d’une économie soucieuse avant tout de ses profits. Le compte n’y est pas.
A l’échelle de Saint-Herblain, le confinement a nécessité des prises de décisions à prendre rapidement. Malgré nos sollicitations, nous regrettons que les membres de la majorité n’aient pas été plus associés.
Le confinement a révélé que le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté a augmenté pendant cette période et qu’il faudra du temps, ici pour retrouver un emploi, ou là pour retrouver un revenu décent. Interpellés par des citoyen-ne-s et des habitant-e-s engagés, les élu-e-s ESHA-EELV, mais aussi SHAGT ont proposé en conférence des présidents de groupes de la l’ensemble de la municipalité, la remise en place les marchés, la réouverture les jardins familiaux. C’était indispensable pour un commerce de proximité avec des produits locaux, indispensable aussi pour le lien social, en respectant bien sûr les gestes barrière et la distanciation physique. Nous avons vu des solidarités de voisinages, des actions grand format pour l’aide alimentaire.
Maintenant, il nous faut réussir au mieux la séquence de déconfinement. La ville a prévu du matériel de protection pour l’action de ses agents, pour la reprise du service public, des masques pour chacun-e de ses habitant-e-s. Il va nous falloir être prudents pour réussir les différentes étapes. La reprise de l’école fait l’objet de toutes les attentions. Nombre d’enfants et de parents sont inquiets. Nos réponses, souvent par écrit, sont insuffisantes. C’est pourquoi nous proposons que chaque école puisse organiser dans la semaine suivant le 14 mai un conseil d’école extraordinaire permettant un espace de dialogue, ces échanges qui ont tellement fait défaut dans la période de confinement. Sachons ensemble soutenir les enfants décrocheurs pour que l’école joue tout son rôle éducatif et d’intégration.
Nous proposons également de donner des moyens supplémentaires aux associations qui distribuent l’aide alimentaire pour répondre aux demandes qui augmentent.
Demain, fort des enseignements de cette période inédite, nous devrons veiller à ce que nos actions permettent plus que jamais à chacun-e de prendre une place. Une place allant jusqu’à décider collectivement des actions à mettre en œuvre.