Renforcer l’action socioculturelle de la ville

Les nombreux échanges au sein du groupe ESHA-Europe Écologie Les Verts, avec les élu-es du groupe majoritaire, avec les acteurs et les actrices bénévoles ou professionnel-les, avec les membres d’ ESHA et d’Europe Écologie Les Verts, ont permis de clarifier les objectifs et la méthode pour renforcer l’action socioculturelle de la ville. Voici l’intervention de Laurent NOBLET, faite au conseil municipal du 18 février 2011, développant les points d’attention auxquels nous sommes attachés :

La fusion opérée, il y a quelques années, n’a pas produit tous les effets escomptés, que cela soit en matière d’offre d’activités et de publics touchés ou en matière de maîtrise des coûts financiers.

Au sein du groupe majoritaire, nous partageons donc la nécessité de faire évoluer l’organisation actuelle, tout en soulignant le travail réalisé par les professionnel-les de terrain et les bénévoles.

Cette réorganisation est l’occasion de renforcer l’action socioculturelle de la ville sur les quartiers en réaffirmant l’importance de la vie associative, des bénévoles et en leur permettant de se former et d’assurer la relève. L’éducation populaire y prend toute sa place pour soutenir la vie associative.

Les enjeux sont donc nombreux et il nous faut réussir cette nouvelle répartition des rôles et compétences.

Pour cela, nous prendrons toute notre place dans l’organisation d’Assises de l’animation socioculturelle au cours du printemps 2011, afin de créer une dynamique avec les acteurs et les actrices associatifs et les citoyens et les citoyennes dans les quartiers.

Ces assises devront permettre, à partir d’un diagnostic partagé s’appuyant sur les projets socioculturels des centres, d’élaborer des projets de territoires.

Ces projets de territoires devront privilégier l’accès à l’offre socioculturelle des habitant-es les plus fragiles, les plus éloigné-es des structures. Une réorganisation des moyens est aussi nécessaire pour soutenir davantage les quartiers en développement urbain.

La vocation d’outil de proximité, de soutien à la vie associative, des centres socioculturels a besoin d’être réaffirmée pour ne pas subir le désintérêt voir le désengagement des habitant-es. Il nous faudra penser, à ce titre, une réelle coordination entre les services de la ville qui sont concernés, et entre ceux-ci et les centres socioculturels.

En conclusion, cette délibération nous permet de clarifier notre action politique sur les quartiers au travers des missions plus clairement dévolues à chaque partenaire.

Ecoute, dialogue, co-production seront les éléments importants pour réussir cette mutation.

Laurent Noblet

Mots-clés : ,